UD CGT des Hauts-de-Seine (92)

  • Informations légales

Sur la syndicalisation des ICT – Contribution du collectif UGICT 92

A la lecture des documents préparatoire du congrès, notre Collectif pense que la question centrale qui doit traverser l’ensemble des débats doit porter sur le déploiement et la syndicalisation dans le département.

En tant que Collectif Ugict, nous portons dans cette contribution, deux axes de déploiement et de syndicalisation.

Le congrès sera le moment pour réfléchir ensemble et partager nos expériences de déploiement et de syndicalisation que nous avons conduit depuis 3 ans dans les Hauts de Seine (Certaines avec succès, d’autres en l’absence de résultats pour le moment…)

Pourquoi avons-nous choisi le déploiement et la syndicalisation comme sujet de notre contribution… ?

Tout d’abord car nous sommes convaincus qu’un  nombre d’adhérents plus important dans le département permettra de créer de nouveaux rapports de forces afin de gagner des luttes et du progrès social.

Peut-être certains auront le sentiment que finalement nous ne proposons pas grand-chose de nouveau ? Que d’année en année, de congrès en congrès, nous répétons les mêmes choses. Il s’agit d’un débat ancien dans la Cgt.

« La Cgt partout et pour tous est loin d’occuper, dans notre activité syndicale, la place que son importance décisive justifie…. Il est nécessaire de donner à la Cgt des moyens d’activité et d’actions notoirement supérieurs afin qu’elle soit en mesure de faire face pleinement aux responsabilités qui lui incombent…» La bataille engagée à l’époque a pour but d’atteindre les trois millions d’adhérents. Georges SEGUY ;février 1974.

«Il ne suffit plus d’être fort dans une entreprise, voire dans une branche professionnelle pour gagner des avancées sociales, il faut être fort partout »a dit Bernard THIBAULT, en septembre 2004.

Si un travail a été entrepris pour améliorer la syndicalisation dans le département, la création de bases nouvelles, tout cela ne suffit pas à conduire massivement les ouvriers, les employés, les agents de maîtrise, les cadres, les jeunes, les femmes, les retraités sur le chemin de mobilisations d’ampleur dans le département, ni de les convaincre que chacun d’entre eux, ont toute leur place dans la CGT.

La Cgt est confrontée toujours à la même nécessité, celle de trouver des formes d’organisation et de fonctionnement qui concrétisent les changements qu’elle souhaite impulser pour être davantage en phase avec le monde du travail.

Ces changements impliquent notamment l’amélioration de la qualité de la vie syndicale et le développement d’un syndicalisme de proximité, au plus près des syndiqués et des salariés, favorisant leur engagement dans le syndicalisme. »

Il nous faut bien reconnaître que nous avons des difficultés dans un trop grand nombre de territoires, de secteurs, d’entreprises, de catégories socioprofessionnelles, nous ne sommes que peu ou pas présents.

La CGT apparaît pour un trop grand nombre de salariés comme extérieure à leur quotidien de travail. Elles sont encore nombreuses, les entreprises ou nous n’avons pas de salariés organisés en sections syndicales et qui n’ont aucun lien avec leur Union Locale ou l’Union départementale.

Du coup, ce qu’ils perçoivent de notre syndicalisme est encore trop souvent ce qu’en décrivent les médias, le Medef et les autres. Un syndicalisme CGT qui reste un syndicat d’hommes, d’ouvriers et de techniciens tournés vers le passé. Un syndicalisme de réaction, d’opposition systématique, sans propositions crédibles, aux modes d’action souvent durs.

Un syndicalisme sur qui on peut toujours compter quand ça va mal, un syndicalisme porteur de valeurs de justice et de solidarité, mais un syndicalisme de dernier recours à qui on fait appel quand il faut sauver sa peau.qui leur apparaît décalé de leur réalité professionnelle, ne répondant pas à leurs problématiques quotidiennes.

Nous savons, nous, que la CGT ce n’est pas cela… Ses pratiques sont bien plus diverses. Elles sont à l’image de ce qu’est la diversité des salariés qui composent nos entreprises. Une diversité que nous tentons de faire vivre pour faire de notre organisation un espace d’échange et de construction collective, pour faire de la CGT cette organisation toujours en mouvement, qui tente de se transformer pour être toujours plus participative, utile et efficace à tous les salariés.

L’écart entre la perception que beaucoup de personnel ont encore de nous et la réalité, dépend pour une grande part de la qualité de notre activité. Pour une grand part, de notre présence quotidienne à leurs cotés.

N’y a-t-il pas dans les Hauts de Seine, des secteurs professionnels, des entreprises de notre dans lesquels la CGT se développe ? Où l’on compte plus d’adhérents, plus de mobilisation, de bons ou de moins mauvais résultats aux élections de représentativité ?

Des territoires, des secteurs professionnels, des entreprises dans lesquels se nouent des liens quotidiens et de confiance avec les salariés, tous les salariés. Des syndicats dans lesquels des jeunes, des femmes, des diplômés s’engagent et prennent des responsabilités; certes, de façon encore insuffisante pour inverser la courbe de notre nombre d’adhérents, mais de façon suffisamment significative pour tracer sans ambiguïté le chemin qu’il nous faut suivre.

Dans beaucoup trop d’endroits, notre syndicalisme n’est plus en mesure de jouer son rôle, n’est plus en mesure d’assurer une présence quotidienne pour informer, confronter nos propositions aux réalités vécues par ces salariés, plus en mesure de participer, avec les salariés à construire leurs propres revendications et à contribuer à les faire aboutir.

La  première cause de notre difficulté à faire grandir un rapport de forces favorable permettant aux salariés, de contester les politiques menées par le Medef, le gouvernement, ou l’Europe libérale.

Depuis plusieurs années, nous vivons une double transformation, celle des entreprises et celle du salariat. Si nous devions retenir une priorité dans ce que nous avons à mettre en œuvre…

Une priorité est une seule, qui doit guider toutes nos actions syndicales, c’est être en capacité d’écouter, d’analyser et de comprendre ces changements.

Pour créer les conditions de réinstaller ou d’installer la CGT dans le quotidien de travail des salariés, de tous les salariés et nous vous proposons deux axes de déploiement qui sont basés sur nos expériences et des enseignements que nous avons tiré de nos premiers succès à la Défense sur deux sites (Cœur Défense et la Tour Initiale Rte-Nexity)

Le premier axe de déploiement :

Que nous proposons concerne les Ingénieurs, Cadres et Techniciens de techniciens. Des effectifs toujours en augmentation dans notre département.

Cette vision quantitative, si elle est réelle, ne suffit pourtant pas à décrire les transformations du salariat qui s’y opèrent et les enjeux qu’elles représentent pour le développement de notre syndicalisme.

Cette croissance s’accompagne de transformation plus profonde qui interroge bien plus sûrement les contenus revendicatifs, les pratiques et les formes de notre syndicalisme nous imposant d’aller à la reconstruction de repères communs à ces catégorie de salariés.

D’une façon générale si ces populations n’ont pas d’à priori négatif sur le syndicalisme, leur faible connaissance de la chose syndicale et leur volonté affirmée de ne vouloir laisser le soin à personne de décider de leur avenir professionnel, les conduisent à ne pas nous donner leur confiance à priori.

C’est dans nos actes quotidiens que s’établit ou pas ce lien de confiance. Ils appréhendent l’utilité du syndicalisme, adhèrent à la CGT, à partir de leur réalité quotidienne de travail, lorsqu’ils rencontrent dans leur proximité une structure et des militants auxquels ils puissent s’identifier qui leur offrent les moyens de peser et de modifier ce quotidien, à partir de la perception qu’ils en ont et de leurs propres préoccupations.

La possibilité de donner leur avis, de participer à l’élaboration des solutions, aux décisions sur ce qui les concerne conditionnent en grande partie leur engagement dans leur travail.  De la même façon, cette exigence s’exprime vis-à-visdu syndicalisme.

Elle devient un déterminant important de leur engagementdans l’action, de leur adhésion. Se déployer en direction de l’encadrement nécessite de bousculer nospratiques pour faire de notre syndicalisme un espace de co-élaboration, danslequel chacun a droit à la parole et où elle est respectée pour permettre que leuraspiration s’identifie à notre organisation.

Le second axe de déploiement :

Que nous proposons concerne les prestataires, CDD, intérimaires, apprentis (pour la plupart diplômés) qui sont salariés d’entreprises de services, prestataires, intérimaires, à partager le quotidien de travail des salariés des grands groupes ou des petites entreprises dans notre département des Hauts de Seine.

 En conclusion: Voilà deux  axes prioritaires de déploiement sur lesquels notre collectif Ugict propose de porter ses efforts pour les années à venir :

  •  Les Ingénieurs, Cadres et techniciens.
  •  Les apprentis, les stagiaires, les intérimaires, les jeunes diplomés.

Ces plans de syndicalisation et de déploiement ne peuvent être l’affaire que de notre Union départementale, de notre collectif UGICT ou de nos Unions Locales, se sont toutes les organisations de la Cgt qui doivent porter ces priorités.

Il est important de définir avec L’URIF, L’UGICT, et les grandes Fédérations qui sont présentes sur le département, de travailler les priorités de déploiement dans les bassins à forte concentration d’Ingénieurs, cadres et techniciens, ainsi que ce salariat diplômé mais précarisé que sont les CDD, les intérimaires, les stagiaires…

Il est illusoire de penser qu’une seule structure peut à elle seule réussir le déploiement et la syndicalisation. Nous avons l’impérative nécessité de nous réunir, de travailler ensemble pour réussir les plans déploiement et de syndicalisation.

Si Ensemble, nous nous engageons sur le même plan de travail, si ensemble, nous définissons les mêmes priorités, si ensemble, nous unissons nos compétences, nous partageons nos expériences et nos savoir-faire. La convergence de notre activité sera au profit de toute la Cgt et nous aurons une forte probabilité de faire croitre le nombre de syndiqués dans notre département.

Pour le Collectif. UGICT.92

Olivier DUPUIS

Pas de commentaires

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML suivant : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

 

Créer un site | C.G.U. | Mentions Légales | Crédits | Signaler un abus | Outillé par la plateforme Référence Syndicale